Beaucoup de Palestiniens et de travailleurs étrangers essayent de se convertir au judaïsme

Environ la moitié des demandes annuelles de conversion officielles au judaïsme, soumises à la Commission des exceptions, environ 200 cas au total, proviennent de travailleurs étrangers, d’infiltrés, d’arabes illégaux, de Palestiniens ou d’immigrants illégaux. Ce fait a été annoncé lors d’une réunion de la Commission de contrôle de l’Etat de la Knesset qui dresse un état des conversions.
Selon la loi, toute personne qui n’est pas citoyen israélien et n’est pas éligible au droit du retour ne peut commencer le processus de conversion qu’après avoir reçu l’autorisation de la Commission des exceptions. La présidente de la Commission du contrôle d’Etat, la députée Karin Elharar (Yesh Atid), a déclaré : « Beaucoup de ceux qui sont intéressés à se convertir se retrouvent face un processus très long, parfois pour des raisons techniques. Et la Commission des exceptions ne les traite pas. »

Source : http://coolamnews.com/beaucoup-de-palestiniens-et-de-travailleurs-etrangers-essayent-de-se-convertir-au-judaisme/

Beaucoup de Palestiniens et de travailleurs étrangers essayent de se convertir au judaïsme

« Le Mariage » Tout sur le mariage juif

Katy Bisraor est bien connue dans le monde médiatique juif et israélien francophone. Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’elle a une autre corde à son arc : elle est toenet rabbanit, autrement dit avocate devant les tribunaux rabbiniques. C’est cette autre facette de sa personnalité qui l’a poussée à écrire un ouvrage très complet sur le mariage juif, ses coutumes, ses règles, ses significations.

Le P’tit Hebdo : De journaliste à toenet rabbanit, racontez-nous votre cheminement.

Katy Bisraor : La fonction de toen rabbani est ouverte aux femmes depuis environ 20 ans. Cela n’a pas été sans débats et sans obstacles mais comme les sommités rabbiniques de l’époque, dont le Rav Ovadia Yossef, z »l, soutenaient cette ouverture, la progression s’est concrétisée. Je suis arrivée à ce métier par le biais de mon activité de journaliste. En fait, j’effectuais un reportage sur les nouveaux métiers des femmes dans le monde. En Israël, je me suis intéressée à celui de toenet rabbanit. Lors de mon enquête à l’Institut Lindenbaum, j’ai été attirée par la formation et j’ai décidé de me lancer moi aussi.

LPH : En quoi cela consiste-t-il ?

K.B. : Il s’agit d’être avocate auprès des tribunaux rabbiniques, tout comme le sont les hommes. Le diplôme ne s’acquiert qu’au terme d’études très compliquées qui nécessitent une connaissance profonde d’environ le quart du Choul’han Arou’h (parties Even Haezer sur les rapports hommes/femmes et Hoshen Michpat relatives au droit rabbinique). L’examen est identique pour les hommes et pour les femmes. Mais le taux de réussite est plus important chez les candidates (70%) que chez les candidats (40 à 50%)… Une fois diplômée, la toenet rabbanit peut défendre aussi bien des femmes que des hommes. La grande majorité des cas que nous traitons tournent autour des mariages et des divorces, mais il peut s’agir d’autres sujets concernant les tribunaux rabbiniques.

Lire la suite : http://lphinfo.com/2016/03/28/le-mariage-tout-sur-le-mariage-juif/

« Le Mariage » Tout sur le mariage juif

Pourquoi les juifs se déguisent-ils à Pourim?

Vous avez peut-être vu sur Internet ces derniers jours des vidéos de gens déguisés en clowns, en princesses ou en éléphants roses. Voilà pourquoi.

On ne dirait pas, mais il y a une explication spirituelle derrière ces images, une explication qui commence par ce mot: Pourim, qui signifie «le Sort». Fête juive, elle prend place le quatorzième et quinzième jour du mois d’Adar selon le calendrier hébraïque, soit, cette année, les 24 et 25 mars. Et elle consiste à célébrer les valeurs de partage, de rassemblement et d’union à Dieu. Chemin faisant, on prie, on tape du pied en maudissant Haman ou Amane, on boit…et on se déguise. Mais non, ce n’est pas une resucée juive du folklore d’Halloween.

Lire la suite : http://www.slate.fr/story/115973/juifs-deguisement-pourim

Pourquoi les juifs se déguisent-ils à Pourim?