La France pantouflarde défiée par la guerre


Par Ivan Rioufol

C’est la guerre qui est aux portes de l’Europe, désarmée et pacifiste. L’invasion de la Crimée (Ukraine) par l’armée russe, ce week-end, a dévoilé la mortelle faiblesse de l’Union européenne et du monde libre. Les théoriciens bien pensants du « soft power », qui voulaient croire en Vénus plutôt qu’en Mars, sont confrontés à leur désastre : l’autocrate Vladimir Poutine devient le nouvel homme fort. Celui qui rêve d’opposer son union eurasiatique à la démocratie libérale occidentale est en passe de gagner, faute d’adversaires courageux en face. Barack Obama, qui s’est vu refuser sa « main tendue », n’enverra pas ses soldats. Les dirigeants européens, eux, n’en ont plus. D’ailleurs, au nom de l’apaisement, ils n’appelleront jamais à mourir pour Kiev. Le plus inquiétant, face à ce scénario qui se répète, est d’observer la fascination qu’exerce le nouveau tsar auprès d’une partie de l’opinion européenne, singulièrement en France. Dans La Tentation totalitaire (1976), Jean-François Revel (1) constatait que le procès des démocraties libérales était établi par des démocrates eux-mêmes. Il écrivait : « Aussi n’est-il pas impossible que le secret ressort d’un tel aveuglement volontaire traduise de la part d’une imposante minorité occidentale un désir inavoué de vivre dans le système stalinien non pas en dépit de ce qu’il est mais à cause de ce qu’il est ». Cette réflexion reste d’actualité. Le FN, qui s’érige en procureur de l’atlantisme et en avocat sans réserve de Poutine, met en scène son peu de considération pour les démocraties libérales et, en revanche, sa compréhension sinon son attirance pour les régimes autoritaires. Nous voilà prévenus.

Autant dire que, devant ces bruits de bottes qui se rapprochent, la déclaration de guerre de Jean-François Copé … au Point et à Franz-Olivier Giesbert, ce lundi, illustre avant tout le dérisoire des préoccupations du monde politique. Que le patron de l’UMP veuille laver son honneur, après les insinuations peu étayées de l’hebdomadaire sur ses rapports avec l’argent, est évidemment compréhensible. Copé en a fait des tonnes, ce matin, pour dénoncer une « véritable chasse à l’homme », un « cirque médiatique », des « méthodes dignes de l’inquisition », les « Tartuffe bouffis d’orgueil », etc. Il déborde d’initiatives pour porter plainte et tenter d’imposer la transparence à tous, partis et médias confondus. Cependant, comment ne pas comparer cette cascade d’indignations à la prudence attentiste de l’UMP, mais aussi de tous les autres partis, devant la résurgence d’une guerre froide imposée par la Russie, qui risque de bouleverser les équilibres géostratégiques et l’autorité de l’UE ? La France pantouflarde vit comme si elle était coupée du monde, n’ayant comme préoccupations que l’emploi de ses RTT ou la défense de l’Etat-nounou. Samedi soir, l’indigente cérémonie des Césars a fait défiler sur scène des lauréats uniquement soucieux de remercier leurs entourages proches dont, trois fois au moins, leurs « mamans ». Pendant ce temps, les troupes de Poutine marchaient sur la Crimée. Pourquoi s’arrêterait-il en si bon chemin ?

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2014/03/cest-la-guerre-qui-est.html?xtor=RSS-19

Publicités
La France pantouflarde défiée par la guerre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s