Violences à Nantes : les fachos sont à gauche


Par Ivan Rioufol

Pour la propagande russe, les manifestants de la place Maïdan, à Kiev (Ukraine), sont des nazis. Leur victoire contre le régime de Viktor Ianoukovitch signerait le retour du national-socialisme en Europe (1). Ces énormités, censées décrédibiliser ce magnifique combat pour la démocratie et contre la corruption, sont évidemment grotesques. Mais ces outrances ne sont pas sans rappeler celles qu’utilise la gauche française et ses roquets, quand il s’agit de disqualifier les opposants. Quand Laurent Joffrin, patron du Nouvel Observateur, s’ »angoisse » de l’ombre fascisante que ferait porter sur la France une poignée de journalistes malfaisants (dont votre serviteur), il est dans le même registre du gourdin et du complot que pratique le gouvernement, qui voit l’extrême droite derrière chaque contestataire de sa politique. Poutine-Hollande, même combat ? En tout cas, les deux hommes estiment l’un et l’autre appartenir au Camp du Bien : le Russe, au prétexte que son pays a été parmi les vainqueurs du nazisme ; le Français parce que la gauche s’est toujours débrouillée pour faire oublier ses compromissions. Fort heureusement, il n’est point besoin de creuser profond pour retrouver les faces sombres des nostalgiques du stalinisme ou des prétendus héritiers du socialisme et de la Résistance. Dans les deux cas, on s’aperçoit que ce sont des loups qui crient au loup.

Démonstration, samedi à Nantes, avec les violences et les nombreuses dégradations (y compris sur les transports publics) qui ont émaillé la manifestation contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, à laquelle participait le gratin de l’extrême-gauche, Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly en tête. Des télévisions présentes (BFM et France Télévision) ont été prises pour cibles dans l’indifférence des médias. Si la police de Manuel Valls sait interpeller des centaines de personnes quand elles défilent, sans rien dégrader, pour La Manif pour Tous, seuls 14 casseurs ont été cette fois arrêtés alors qu’une dizaine de policiers ou gendarmes ont été blessés. S’il y a une menace fasciste en France, c’est plus sûrement au coeur de la gauche décadente et sectaire qu’il faut la rechercher. C’est chez elle que l’on rencontre les gros bras des Antifa ou des Black block, qui terrorisent en prétextant combattre des fachos. C’est chez elle que se développe le nouvel antisémitisme, construit sur la haine d’Israël, du Juif, du sionisme, de l’Etat-nation, du capitalisme, etc. C’est chez elle que se trouvent les défenseurs d’une bien pensance qui dresse les listes des journalistes à mettre au ban. C’est chez elle que le peuple est rabaissé dès qu’il ose émettre une protestation non homologuée. Cette gauche, perdue dans son imposture, osera-t-elle un jour se regarder en face ?

(1)  Lire, dans Le Monde de ce week-end, l’article de Timothy Snyder

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2014/02/violences-a-nantes-les-fachos.html?xtor=RSS-19

Publicités
Violences à Nantes : les fachos sont à gauche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s