Plus de 2.000 occidentaux combattent en Syrie


Selon un rapport israélien du Centre Meir Amit ces recrues sont « une bombe à retardement »

La guerre civile en cours en Syrie a attiré au moins 2.100 combattants occidentaux, a révélé cette semaine un rapport du Centre Meir Amit sur les Renseignements et le Terrorisme, un organisme civil dirigé par d’anciens officiers du renseignement israélien.

Le rapport précise que cette forte augmentation du nombre de recrues occidentales en Syrie dans la seconde moitié de 2013, pour la plupart des jeunes hommes en provenance d’Europe de l’ouest, renforce la probabilité d’une guerre religieuse en Europe à leur retour du front.

« Les combattants étrangers dans les rangs du Front Al-Nosra et de l’EIIL (liés à Al-Qaïda) sont une menace potentielle pour la sécurité internationale », écrivent les auteurs du rapport.

Certains retournent chez eux et « poursuivent leurs activités terroristes » de leur propre initiative, tandis que certains « peuvent être manipulés par al-Qaïda … et exploiter des relations personnelles crées en Syrie ».

Les auteurs estiment également que la Grande-Bretagne est la principale source de recrues européennes en Syrie, et établissent à près de 350 le nombre de ressortissants britanniques en Syrie. La Belgique, la Hollande et l’Allemagne comptent également plus de 200 nationaux chacun combattant en Syrie, principalement des « jeunes hommes de deuxième et parfois troisième génération d’immigrants musulmans », en particulier en provenance du Pakistan et du Maroc.

La semaine dernière, le directeur du Renseignement américain James Clapper a déclaré au Comité du renseignement du Sénat que des groupes proches d’Al-Qaïda opérant en Syrie forment des combattants « pour revenir dans leur pays », qu’ils « ont pour projet d’attaquer ».

La sénatrice américaine Dianne Feinstein a ajouté que la Syrie pourrait devenir « un point de lancement ou une station d’arrêt pour les terroristes qui cherchent à attaquer les États-Unis ».

Qualifiant la question des combattants étrangers en Syrie de « problème global partagé par l’Occident, Israël et le monde arabo-musulman », les auteurs du rapport déclarent que les agences internationales de renseignement n’ont pas encore mis au point des méthodes efficaces pour surveiller, prévenir et réprimer ces recrues.

« Les combattants étrangers qui reviennent dans leur pays sont une bombe à retardement », écrivent-ils, « qui ne peut être désamorcée que par la coopération internationale et la mise en place de systèmes communs pour neutraliser leur potentiel terroriste », concluent les auteurs.

http://www.i24news.tv/fr/actu/international/moyen-orient/140205-2000-occidentaux-partis-combattre-en-syrie

Plus de 2.000 occidentaux combattent en Syrie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s