Adieu Arik par Avraham Azoulay


Le monde entier ne tarit pas d’éloges sur le maître de guerre. Ariel Sharon

était de tous les combats, sans peur ni balbutiements, il a su renverser des situations dramatiques à notre avantage, en 67 comme en 73 lors de la guerre de Yom Kippour quand il fut nommé «Arik, roi d’Israël»! Il a créé le commando 101 qui opérait au-delà de nos frontières, foudroyant dans la nuit et dans le secret nos pires ennemis. Oui le peuple juif a besoin de dirigeants forts, de héros immortels. Il en faisait partie.

450220pic_C

Jusqu’au jour où il s’est détourné de ses proches, pour plaire à ses adversaires. Ariel a alors trahi la confiance de nombre de ses électeurs en détruisant ce que toute sa vie il avait contribué à bâtir: les terres juives du Goush Katif. Son assurance hors du commun lui a fait croire que cet acte unilatéral de déracinement procurerait à Israël la tranquillité et la prospérité.

Quatre mois plus tard, il perdait connaissance. Depuis, huit ans se sont écoulés, dans le silence, et il n’a pas pu constater ce qui est réellement advenu sur le terrain. Trois guerres, des missiles sur le sud, la création d’un État Hamas à Gaza, la haine croissante envers Israël à travers le monde, bref rien de ce qui était espéré.

Les sentiments envers lui sont divers et partagés. Il aura été l’homme des extrêmes, aux deux visages, qui a su marquer son passage sur terre, en surprenant plus encore à chaque fois. Parfois génie, souvent généreux mais aussi tenace et audacieux. C’est ainsi qu’il est la plupart du temps décrit. Les dirigeants actuels d’Israël doivent tirer la leçon de ce parcours hors du commun. Il a osé ce que même la gauche n’aurait pu ni su faire. Comme Yitro, apprenons à nous asseoir et à entendre, autant les paroles de Dieu que celles des sages qui nous entourent. Et alors ensuite décider, sans précipitation.

Et comme l’écrit le Rav Shaoul David Botschko, à propos de Yitro:  »Les conduites des hommes sont complexes Il n’est pas tout dune pièce tout bon ou tout mauvais. Jouent en lui des forces contradictoires qui influent sur ces décisions et ses actions’’.

Le départ d’Arik Sharon, dans cette période sensible pour le destin d’Israël n’est sûrement pas un hasard.

Yehi zihro barouh.

Avraham Azoulay

http://www.leptithebdo.net/2014/01/13/adieu-arik-par-avraham-azoulay/

Adieu Arik par Avraham Azoulay

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s