LIEBERMAN : SIGNER DE FUTURS ACCORDS DE PAIX AVEC DES PEUPLES ET DES ETATS, ET NON AVEC DES DIRIGEANTS


Traduction de l’Hébreu : Betty HAREL

Nous vous présentons  les principaux  extraits du discours de Avigdor Lieberman – ministre israélien des Affaires étrangères, tenu  lors de la conférence annuelle des ambassadeurs à Jérusalem, le dimanche 5 janvier 2014 :

1)    Les relations avec les Etats-Unis 

Sans nul doute,  notre coopération  avec les Américains  constitue le fondement  sur lequel se construit  toute la  politique étrangère  d’Israël.  Il n’est guère nécessaire de détailler, les choses sont claires. Il faut comprendre que les Etats-Unis doivent aujourd’hui faire face à de trop  nombreux défis : la Corée du Nord, le triangle Chine-Japon -Corée du Sud, l’Afghanistan, le Pakistan, l’Iran, l’Irak, la Syrie, la Lybie, l’Egypte. Par ailleurs (les Etats-Unis sont confrontés à leurs propres)  problèmes intérieurs : le budget, la loi sur la santé, l’immigration etc… Il faut penser non seulement  comment  se faire aider par les Etats-Unis mais aussi comment un petit pays,  Israël, peut aussi aider les Etats-Unis. Comment pourrions-nous développer de nouvelles orientations,  non à la place des Américains mais en complémentarité avec eux…

2)    Les nouveaux vecteurs de la politique étrangère d’Israël et plus particulièrement en Afrique, mais pas uniquement.

Actuellement  nous sommes  malheureusement trop souvent assimilés à la guerre, au  terrorisme, au  problème palestinien, à l’Iran.  Des sujets  pesants, graves et pas très optimistes.  A ma grande joie, le nom d’Israël  est, ces dernières  années, aussi  associé  au nom de « Nation Start-Up ».  Mais cela n’est guère suffisant. Nous devons mener  davantage de projets environnementaux, faire valoir  nos capacités et  apporter notre contribution   à la communauté internationale, plus spécialement aux  pays précaires,   aux prises avec les  problèmes de pauvreté, de faim,  de pénurie d’eau etc…. Je pense que nous devrions  faire en 2014, ce que nous avons déjà fait dans les années 60,  c’est-à-dire envoyer nos meilleurs émissaires en Afrique et tenter d’être les premiers à résoudre les  problèmes et non plus à les  créer. ….. [lire la suite]

http://nosnondits.wordpress.com/2014/01/08/lieberman-signer-de-futurs-accords-de-paix-avec-des-peuples-et-des-etats-et-non-avec-des-dirigeants/

LIEBERMAN : SIGNER DE FUTURS ACCORDS DE PAIX AVEC DES PEUPLES ET DES ETATS, ET NON AVEC DES DIRIGEANTS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s