Réflexions sur les questions que la guerre à Gaza pose aux bien-pensants


Guerre asymétrique ou cervelle asymétrique?

Les bons esprits de la diplomatie recommandent de toutes parts que la riposte d’Israël à l’agression dont il est l’objet ne soit pas «disproportionnée» tant ce conflit serait «asymétrique» pour ses protagonistes. Asymétrique cet affrontement l’est certainement, mais pas dans les termes qui nous sont imposés par la doxa médiatique: d’une part une super armée et de l’autre des Gavroches aux pieds nus. Ces clichés ont la vie dure pour ceux dont la condamnation a priori d’Israël sert de prêt-à-penser.

Il y a bien dans le moment présent un agresseur et un agressé. Il y a bien deux types de méthodes de guerre inspirées par considérations morales très différentes: d’un côté des frappes indistinctes visant aveuglément des villes et des populations civiles et utilisant leurs armes à l’abri des boucliers humains de leurs propres population et de l’autre un code de la guerre qui prévient de ses attaques pour épargner la population civile.

  • Asymétrique ce conflit l’est par les cibles respectives: Israël continue à fournir de l’eau, de la nourriture et de l’électricité à Gaza tout en faisant la guerre à son ennemi.
  • Asymétrique ce conflit l’est aussi par ce qui inspire chaque belligérant : peut-on mettre sur le même plan le projet d’extermination des juifs énoncée dans sa charte par le  Hamas et celle  qui a inspiré la construction d’Israël et sa réalisation depuis soixante ans?
  • Asymétrique cet épisode l’est aussi par les jugements portés à son égard : quarante mille morts en Syrie n’émeuvent guère les indignés pas plus qu’aucun autre massacre arabo-arabe ou islamo-islamique tandis que les morts arabes tués par Israël constitueraient chacun autant de crimes contre l’humanité commis par l’Etat juif.

A-t-on seulement conscience de l’implicite raciste de ces jugements? À croire que les massacres arabo-arabes seraient normaux, dans l’ordre culturel des choses. Considéreraient-ils ces indignés qu’il y aurait une nature traditionnellement barbare de ces populations ou de ces peuples? Quel hommage implicite en revanche pour ce que fait et ce qu’est Israël! Tel n’est pas le point de vue du Quai d’Orsay qui a évoqué une «responsabilité partagée» dans l’origine du présent conflit mettant sur un même plan la responsabilité d’Israël et celle du Hamas.

Lire la suite : jssnews

Advertisements
Réflexions sur les questions que la guerre à Gaza pose aux bien-pensants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s